Imprimer

L’alimentation

Souvent écrites au dos du paquet, les informations qui figurent sur l’étiquette d’un produit sont pourtant essentielles pour faire nos choix. Apprenons à les décrypter.

Le code barre, le barbare de l’information

Lorsque vous n’êtes pas certain de la provenance d’un produit, essayez de déchiffrer son code barre. Les 3 premiers chiffres correspondent à la provenance. Attention tout de même, il s’agit parfois du code pays où siège la société.

Pour plus d’informations sur les codes barres, rendez-vous ici.

Lire la composition pour ne pas se faire rouler dans la farine

Dans la composition d’un produit alimentaire, les ingrédients sont rangés dans l’ordre du plus au moins abondant (le plus abondant en 1er). Il suffit donc de s’appuyer sur cette liste pour choisir entre des produits d’apparence similaire le plus nourrissant. Une étude du Point sur la table (Association de consommateur de la CLCV) a comparé la présence de poisson dans des poissons panés. Le pourcentage varie de 30 à 70 %. Le reste ? de l’eau, de la panure et d’autres produits moins nourissants. De même, ce ne sont pas moins de 25 ingrédients qui composent la recette de cannellonis en boîte : de l’eau, des pâtes et de la viande (pour seulement 10%).

Lorsque l’étiquetage met en avant les "qualités nutritionnelles" d’un produit, celui-ci doit indiquer la réelle valeur nutritionnelle en :

  • valeur énergétique : quantité d’énergie dans 100 g d’aliment exprimée en calorie (Kcal)
  • protéines : essentielles au renouvellement des muscles et de l’ensemble de l’organisme
  • glucides : sucres complexes
  • lipides : matières grasses

Ces indications permettent de vérifier les informations volontairement mises en avant par le producteur. Prenons l’exemple de la quantité réelle de lipides contenus dans des barquettes aux fruits dites « minceur » et les mêmes barquettes conventionnelles. Les premières ont une valeur énergétique plus calorique de 20% : elles affichent 17g de lipides contre 1g pour les conventionnelles.

L’étiquetage carbone  

Cette nouvelle information fait peu à peu son apparition, à l’appréciation des producteurs ou des distributeurs, et en l’absence de réglementation claire pourtant décidée lors du Grenelle de l’environnement. L’étiquetage carbone affiche l’équivalent CO2 émis par un produit tout au long de son cycle de vie. Il est le plus souvent exprimé en g/CO2. Une boite de conserve d’un produit identique peut produire :

  • 225 g de CO2, provenance France et transport par camion
  • 235 g de CO2, provenance Inde et transport par bateau et camion
  • 305 g de CO2, provenance Ukraine et transport par camion [1]

Les codes sur les œufs : 3 FR TSE 01

L’étiquetage sur les oeufs est obligatoire. Retenons que le 1er chiffre renseigne sur le type d’élevage de la poule et les 2 lettres suivantes sur le pays d’origine.

Code avant FRSignification/mention obligatoire sur la boiteC’est à dire ?
0 Œuf de poules élevées en plein air. Agriculture Biologique Abris et végétation sur le parcours extérieur. Nombre de poule limité à l’intérieur et densité faible. Alimentation Biologique à 90% minimum
1 Œuf de poules élevées en plein air Durant la journée, accès à un parcours extérieur, recouvert en partie de végétation.4M2 par poule
2 Œuf de poules élevées au sol Pas d’accès au plein air. Exclusivement en bâtiment.
3 Œuf de poules élevées en cage Cage conventionnelles avec 4 à 5 poules dans une cage. L’espace d’une feuille A4 par poule. Ou cage aménagée, avec 60 poules par cage. Ces normes vont être modifiées en 2012 grâce à une loi européenne.

Voici un petit guide pour s’y retrouver.

C’est tout vert : dans l’oeuf

Pour aller plus loin

Sites internet

Publications