Imprimer

La mobilité

Je suis le moyen de locomotion le plus pratique en ville, je permets de rester en bonne santé, j’évite la pollution, les embouteillages et le bruit ... je suis, je suis, je suis...?

Le vélo !

Il serait donc le champion toutes catégories de la mobilité ... hmm hmm, c’est louche !

Le vélo ça va pas vite !

Si, si, si, il y a un moteur, c’est vous ! Le vélo, pour des distances allant jusqu’à 10 km sera plus rapide que la voiture, et même, parfois que les transports en commun (par jour de mauvaise circulation). Voici un exemple pour un trajet aller retour, domicile/travail de 9Km : Quartier Sans Souci, Lyon 8 jusqu’à La Doua à Villeurbanne, pendant les heures de pointe.

 En véloEn busEn voiture
Coût 0 3,20€ 1,56€
Eq CO2 0 0,70kg 1,41 kg
Temps 40’ 1h 1 h

Les progrès en vélo se font ressentir très rapidement. Peut être que la première semaine quelques courbatures seront présentes. Il suffit de boire beaucoup d’eau, et tout rentrera dans l’ordre ! Après cette semaine d’apprivoisement du vélo, vous ne pourrez plus vous en passer !

Avec le vélo on est au coeur de la pollution

Et bien, non. Il a été prouvé que l’air est plus sain à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’habitacle de la voiture. Une étude a été faite par AirParif : un tricycle circulait dans la capitale, équipé de capteur relevant la pollution toutes les 10 secondes. Les résultats sont sans surprises : l’air est d’avantage pollué dans la voiture qu’en vélo, qu’importe les voies utilisées par les cyclistes. De plus, Volker Neveling, du département filtres à air de la société 3M qui fournit BMW, Volvo et VW, constate : "à l’intérieur des voitures, nous avons observé des niveaux de pollution entre deux et huit fois supérieurs aux niveaux enregistrés par des stations de mesure installés le long de la route." En effet, les prises d’air de la voiture se situent sur le devant au ras du sol, au plus proche des pots d’échappement, et les gaz se retrouvent dans l’habitacle. De plus quand on est à vélo, notre nez n’est pas au niveau des pots d’échappement et on passe devant les voitures. Voici quelques conseils pratiques, d’après Airparif si vous êtes vraiment sensible à la pollution :

  • inspirez par le nez et expirez par la bouche (votre nez est d’avantage « filtrant » que votre bouche),
  • pédalez d’une manière modérée afin d’éviter l’hyperventilation,
  • descendre du vélo et continuez à pieds quelques minutes en cas d’inconfort lié au trafic.

À vélo on est tributaire de la météo

On est d’avantage tributaire de la météo en voiture qu’à vélo ! Quand il fait chaud, et qu’on est dans les embouteillages, la seule solution pour les automobilistes est la climatisation gourmande en carburant. En vélo, c’est un bol d’air à chaque coup de pédale (si on pédale doucement !). La pluie ? Sur une étude longue de 115 années d’observation, le nombre de jour annuel de pluie dans le Rhône varie de 100 à 115 par an. Ce qui est plutôt faible pour la moyenne française. De plus, les pluies sont abondantes mais de courtes durées dans la région Rhône Alpes. Si vous vous prenez une averse en vélo c’est que vous êtes tombés malheureusement sur les 10 minutes de pluies de la journée ! Le froid ? Une paire de gant pour protéger ses doigts, et une écharpe pour réchauffer l’air respiré. Pas besoin d’attendre 10 minutes que le moteur tourne pour avoir le chauffage. 10 coups de pédales suffisent !

Le vélo c’est dangereux

Toutes les études prouvent qu’il est dangereux de ne pas faire de vélo ! Tout d’abord car le vélo permet de faire l’activité sportive quotidienne recommandée par l’OMS. Cela lutte contre l’obésité et entretien votre souffle. Cela vous permet d’évacuer le stress, et d’arriver sur votre lieu de travail prêt à être efficace. D’après une étude de la CERTU et ONISR de 2008, les cyclistes ont effectués 3% des déplacements dans l’année, et ont représentés 3,5% des tués sur la route. Tandis que les deux roues motorisées ont effectués 2% des déplacements et ont représentés 26 % des tués. Il est donc plus dangereux de ne pas circuler à vélo que d’être cycliste !

  • Une demi heure de vélo par jour permet de diminuer par 2 les risques cardio-vasculaires,
  • Meilleure oxygénation des muscles des jambes et donc une baisse du taux de cholestérol, de l’hypertension artérielle et de la glycémie,
  • Amélioration de la tolérance au stress,
  • Prévention de l’obésité.

Il existe tout de même des contre-indications pour :

  • ceux qui ont une arthrose du genou,
  • les femmes ayant accouché depuis moins d’un mois.

Un vélo c’est fragile, je suis pas mécano !

Tout s’apprend ! Et on peut même vous aider. Dans de nombreuses villes de France existent des ateliers avec des bénévoles pour vous aider à comprendre la mécanique du vélo (qui est bien moins compliquée que celle d’une voiture). Sur Lyon c’est le recycleur. Des sites internet très bien faits avec des conseils pratiques peuvent aussi vous renseigner.