Imprimer

Bâtiment Basse Conso

Renouveler l’air ambiant d’un logement est nécessaire et indispensable pour maintenir :

  • une bonne qualité d’air et une ambiance saine
  • une bonne conservation du bâti.

Pour cela, il existe différents systèmes et des principes à respecter quelque soit le système utilisé.

Les problèmes d’humidité sont à l’origine d’une grande partie des pathologies du bâtiments :

  • moisissure,
  • décrépitude,
  • effondrement,
  • dégradation des propriétés isolante ou porteuse des matériaux etc.

Ces problèmes ont également des conséquences sur la santé des occupants.

La santé

La qualité de l’air intérieur peut avoir des effets sur le confort et la santé, depuis la simple gêne jusqu’à l’aggravation ou le développement de pathologies comme par exemple les allergies respiratoires. Les effets de la pollution intérieure sur la santé ne sont que partiellement connus. En effet, les liens entre l’exposition aux polluants et le développement d’une maladie ou d’un symptôme n’ont pas encore été suffisamment étudiés. Néanmoins on sait aujourd’hui que l’air intérieur concentre de nombreux polluants , parfois en plus grand nombre que dans l’air extérieur.
Il existe deux types d’exposition :

  • l’exposition des personnes à de fortes doses de polluants dans un environnement intérieur. C’est un phénomène relativement rare, tel que l’intoxication grave par le monoxyde de carbone.
  • l’exposition continue à de faibles doses de polluants sur de longues périodes. Les conséquences peuvent être importantes à court ou long terme.

Pour se prémunir, il faut donc veiller à conserver une ambiance saine. Le maintien d’une qualité de l’air intérieur satisfaisante repose sur un renouvellement de l’air suffisant. En effet, les pollutions sont majoritairement endogènes notamment en ce qui concerne les substances chimiques volatiles dans les logements. L’activité humaine et la respiration diminuent la quantité d’oxygène disponible, augmente la quantité de gaz carbonique et d’humidité. L’air intérieur se charge rapidement de particules, gaz microbes, et virus. La ventilation est donc indispensable.

Pour approfondir la thématique santé et qualité de l’air : air intérieur et medieco.info

Les différents systèmes

Depuis l’arrêté de mars 1982, l’aération générale et permanente d’une maison, par le biais d’une ventilation mécanique contrôlée, spécifiquement dans les pièces de services (cuisine, salle de bain, WC) est obligatoire pour des raisons d’hygiène. Quelque soit le système choisi, des débits réglementaires sont exigés, compris entre 0,3 et 0,7 volumes/heures (volume d’air du bâtiment entièrement renouvelé en 1 heure). Il existe une multitude de systèmes de marques et de fournisseurs.

La ventilation naturelle

Ce système renouvelle trop ou trop peu d’air. Il est généralement peu optimal. Le renouvellement d’air se fait par les « courants d’air », des conduits spécifiques et l’ouverture des fenêtres dans des proportions bien supérieures à ce qui est nécessaire. De plus, cette technique altère l’isolation phonique et thermique. Elle s’effectue par un tirage naturel dû aux différences de température et de pression entre l’extérieur et l’intérieur. Cela pose de nombreux problèmes à la mi saison ou en période de pluie ou d’inoccupation d’un logement. Les débits minimum de ventilation ne peuvent alors être respectés.

La ventilation naturelle assistée ou hybride


Ventilation naturelle assistée extracteur maxivent
Ventilation naturelle assistée extracteur maxivent

Ce type de ventilation est un compromis entre ventilation naturelle et ventilation mécanique. Grâce à son principe de fonctionnement, il réduit les consommations énergétiques des auxiliaires de ventilation comme les ventilateurs. Il permet d’utiliser au mieux les forces naturelles : vents, pression, humidité, et différence de température, comme principal moteur pour assister la ventilation naturelle. Un fonctionnement mécanique est utilisé lorsque ces dernières forces climatiques sont insuffisantes pour assurer le renouvellement d’air naturellement. Ces systèmes, adaptables en construction, sont particulièrement intéressants en réhabilitation, lorsque le logement possède un système à tirage naturel existant en bon état.



La ventilation simple flux

Un groupe d’extraction comprenant un ventilateur aspire l’air des pièces humides par des conduits. L’air neuf entre dans les pièces de vie par des bouches d’aération. Cette circulation assure que l’air humide ou chargé d’odeurs ne circule pas dans le reste du logement.

VMC simple flux
VMC simple flux

Elle peut être :

  • Autoréglable : ce système est désuet. Les débits d’air sont maintenus constants quelles que soient les conditions extérieures (vent, pluie) et intérieures (nombre d’occupants, humidité).
  • Hygroréglable : du fait son rapport coût/efficacité, c’est le système le plus répandu aujourd’hui. Il en existe deux variantes :l’hygro A et l’hygro B. Les débits d’air sont adaptés aux besoins selon l’occupation (selon le taux d’humidité) grâce à un moteur à vitesse variable et :
  • pour l’hygro A : bouches d’extraction hygroréglables et entrées d’air autoréglables
  • pour l’hygro B : bouches d’entrée et d’extraction d’air hygroréglables.

Les débits d’air réduits génèrent des économies de chauffage. Néanmoins pour les raisons citées dans le paragraphe santé, il n’est pas forcément conseillé de réduire les débits de ventilation.

La ventilation double flux

Dans ce système, l’extraction mais aussi l’entrée d’air est mécanisée. L’air est filtré et les débits contrôlés. La double flux permet : un renouvellement d’air à haut débit permanent, une répartition homogène de l’air entrant chaud ou froid, une récupération de la chaleur sur l’air sortant, une filtration de l’air entrant, un meilleur isolement acoustique, une facilitation d’adaptation avec un puits climatique.

VMC Double Flux
VMC Double Flux

L’air vicié extrait est chaud donc chargé en calories. Cet air passe dans un échangeur de chaleur qui récupère ces calories et les transfère à l’air neuf entrant. Pour l’été  : il est indispensable que le caisson de ventilation soit équipé d’un système "by-pass". Il permet l’introduction de l’air frais nocturne sans qu’il soit réchauffé au contact de l’échangeur. Une double flux utilise deux moteurs, l’un pour extraire et l’autre pour insuffler. Il est primordial de choisir des modèles équipés de moteurs à faible puissance. Sinon le gain énergétique sur la ventilation est annulé par la consommation d’électricité des ventilateurs. Par ailleurs, pour une meilleure performance, il est fortement recommandé de placer l’échangeur dans le volume chauffé.

Des variantes intéressantes :

Une VMC double flux peut également fonctionner avec une modulation des débits d’air entrant en fonction de l’occupation ou de l’activité ce qui évite de faire fonctionner à plein régime les ventilateurs en permanence. Une Pompe à chaleur (PAC) peut être placé sur le module double flux afin de la faire fonctionner sur une température constante. On parle alors de Pac sur air extrait ou de VMC thermodynamique.

La ventilation mécanique répartie

Ce sont des aérateurs individuels placés pièce par pièce. Ils sont placés dans les pièces humides et nécessite des bouches d’entrées d’air dans les pièces principales. Ils peuvent fonctionner par intermittence. C’est même souhaitable sinon on multiplie d’autant la consommation électrique des ventilateurs. Ces systèmes conviennent particulièrement bien à la rénovation lorsque la mise en place d’un système complet est impossible ou trop onéreuse.

Éléments à prendre en compte dans tous les cas de figure

L’entretien d’un système de ventilation même s’il est sommaire doit être réalisé.

  • Nettoyage des bouches d’entrée d’air et d’extraction pour les simples flux
  • Nettoyage des filtres dans le cas de la double flux. Pour cela il est nécessaire de prévoir un accès aux filtres facilité.

La présence d’une ventilation mécanique dans une maison étanche n’empêche pas d’ouvrir les fenêtres. Pour ventiler correctement une pièce en hiver, il est conseillé de baisser au maximum la consigne de chauffage et d’ouvrir en grand 3 à 5 minutes. Ne surtout pas laisser entrebâiller plusieurs heures.

En été, il est intéressant de rafraîchir grâce à la sur-ventilation nocturne. En amplifiant les débits d’extraction de la ventilation, les volumes d’airs entrants frais augmentent. Les calories accumulées durant la journée par les apports solaires, et restituées la nuit par l’inertie des matériaux sont évacuées.

Dans tous les cas pour faciliter la fluidité de la circulation de l’air, le cheminement des réseaux doit être le plus simple et le plus rectiligne possible afin de limiter :

  • les zones de formation de condensation en cas d’arrêt du système de ventilation,
  • la consommation du ou des ventilateur(s),
  • le bruit dans les gaines.

Enfin pour optimiser un système de ventilation, l’air entrant peut être préchauffé par des systèmes de captage passif de la chaleur : puits climatiques, des serres solaires, véranda et mur trombe ou de capteurs à air. On peut, de la même manière, rafraichir l’air entrant par le biais d’un puits climatique.

Voici la liste de professionnels pouvant intervenir dans le Rhône :

PDF - 504.5 ko
Liste de fournisseurs de VMC double flux et de puits climatiques
 (PDF - 504.5 ko)