Imprimer

Construire

Questions fréquentes sur la construction et plus particulièrement la construction basse consommation d’un point de vue général, mais aussi technique.

Des questions générales et de méthode :

Quelle démarche entreprendre pour construire un bâtiment BBC   ? Vers quel professionnel se tourner ?

Pour répondre à cette question, voici une description de ce qu’il faut éviter de faire et que l’on rencontre souvent :
« J’ai un projet avec un constructeur, ma maison est dessinée, les fondations sont réalisées, comment dois-je isoler et quel mode de chauffage choisir ?  »
Un projet de construction et plus particulièrement un projet basse consommation doit, pour être optimisé, être pensé et conçu dès le départ avec le souci de la performance thermique, dès les premiers traits, dès la commande.

La première étape est donc de rédiger un programme. Il s’agit de définir avec précision les besoins du maître d’ouvrage et de les traduire en exigences techniques. Les exigences recadrent les besoins en fonction des contraintes techniques et du budget. Ces exigences seront détaillées sur les aspects thermiques notamment (obtention d’un label   de performance énergétique, étanchéité à l’air etc.) Ensuite, un professionnel : un architecte, un promoteur, un constructeur, une simple assistance de bureau d’études thermiques est choisit en fonction de ses goûts et de la mission qui lui sera confiée.

Pour constituer un programme des professionnels peuvent vous aider gratuitement :

Construire performant coûte -t-il plus cher que de construire classique ? Y-a-t-il un surcoût ?

Il est admis aujourd’hui que pour un bâtiment performant on ne parle pas de surcoût mais éventuellement de sur investissement. Investir dans les économies d’énergies permet d’amortir l’investissement, il y a donc un temps de retour sur investissement. Se pose alors la question de la priorité. Est-il prioritaire de mettre de l’argent dans un objet qui possède un temps de retour sur investissement ou dans un objet qui n’en possède pas ?

Exemple de cas fréquent rencontré en Espace Info Énergie :
« Je ne peux pas me payer d’isolation renforcée ou de chauffe eau solaire... oui je suis à 5000 € près dans mon projet. »
Il est vrai que dans un projet de construction les budgets sont la plupart du temps serrés et chacun doit composer avec une enveloppe qui n’est pas extensible. Le plus étonnant est donc la remarque suivante pour le même projet :
« j’ai signé avec mon constructeur pour mon garage attenant. Il ne me coûte que 25 000 € »

Le sur investissement moyen constaté pour construire un logement performant est de 7% par rapport à une construction classique. Pour une maison de 100 m2 à 1500 € le m2, ce surcoût serait en moyenne de 10 500€.

Pour aller plus loin :

Concevoir un bâtiment basse consommation.

PDF - 208.8 ko
Scénarios d’évolution du prix de l’énergie
 (PDF - 208.8 ko)

Peut on bénéficier d’aide financière en labellisant sa construction ?

Obtenir un label, quel qu’il soit pour sa construction offre de toute façon de multiples avantages. Pourquoi ?

  • Pour avoir l’assurance que l’ensemble des acteurs de la construction de votre ouvrage s’engagent dans une démarche de qualité, dépasser la simple obligation de moyens pour viser une obligation de résultat. La labélisation vous assure un niveau de performance de votre bâtiment.
  • Pour avoir l’assurance qu’un minimum de procédure de contrôle sera mis en œuvre pour vérifier la performance à atteindre au niveau conception et au niveau du chantier (vérification sur calcul, test d’étanchéité à l’air…) Cela dit rien n’empêche de réaliser des contrôles (calcul thermique, test d’étanchéité à l’air) hors démarches de certification.
  • Pour investir dans un patrimoine qui respectera les prochaines réglementations et qui aura une plus value notable.
  • Car un bâtiment performant est un bâtiment qui tout au long de sa vie consommera peu et réduira votre dépendance énergétique.
  • Pour habiter dans un logement qui contribue à diminuer le réchauffement climatique, car le bâtiment représente en France 25% des émissions de CO2.

Dans le neuf la seul aide financière existante liée à la performance énergétique est l’obtention d’un prêt à taux zéro.

D’autres aides indirectes peuvent exister telles que la bonification de COS   ou l’exonération partielle de taxe foncière. Il faut se renseigner au près de la commune sur laquelle le bâtiment est construit pour savoir si de tels dispositifs sont mis en place.

Les professionnels savent-ils construire en basse consommation ? Savent-ils faire des bâtiments étanche à l’air ?

La couleur est annoncée : Dès 2011, les bâtiments tertiaires devront être au niveau bâtiment basse consommation, à partir de 2012, ce sera les logements. En 2020, les bâtiments seront des bâtiments à énergie Positive. Les professionnels doivent donc se former et s’orienter s’ils souhaitent continuer à exercer avec les nouvelles exigences qui leur seront imposées. L’Espace INFO->ÉNERGIE du Rhône recense des professionnels s’intéressant à cette question et en mesure de présenter des références. À tous les niveaux, les professionnels ont accès à des formations pour acquérir ou perfectionner leur savoir en matière de performance énergétique :

Un bâtiment basse consommation est étanche. Une maison étanche est-elle saine ?

L’imperméabilité à l’air consiste à « maîtriser les flux d’air qui circulent à travers des orifices volontaires (bouches de ventilation et entrées d’air) et limiter les flux incontrôlés, qui peuvent être source de pathologies, d’inconfort, et de gaspillage d’énergie. Il ne s’agit en aucun cas de confiner les occupants dans un « sac plastique », mais au contraire de leur procurer de l’air de qualité en quantité suffisante mais sans excès. La ventilation assurera la bonne qualité de l’air intérieur. Mais, on peut tout de même ouvrir les fenêtre dans un logement basse consommation ! 10 minutes par jours, grand ouvert, les radiateurs éteints sont suffisantes pour aérer correctement une maison sans trop perdre d’énergie.

coût et financement

Un bâtiment basse consommation c’est quoi au juste ? Un bâtiment passif c’est mieux ?

Proposition de définition : « les bâtiments passif sont des bâtiments qui par des dispositifs de conception et de construction permettent de profiter au maximum des apports de chaleur passifs interne et externe et minimisent le recours à l’utilisation de d’énergie pour le chauffage et ou le rafraichissement. »
Un bâtiment basse consommation est un bâtiment qui utilise des dispositifs passifs pour être performant.
Pour aller plus loin : les bâtiments basse consommation

Je constate une différence entre mon calcul thermique conventionnel et ma consommation réelle, est-ce normal ?

Un calcul thermique est forcément un calcul conventionnel. Il est basé sur des valeurs théoriques climatiques, de construction et de comportement. De la même manière il est rare de consommer avec sa voiture exactement la consommation pour laquelle elle est vendue. 5 causes principales peuvent induire un écart de consommation :

  • de mauvaises hypothèses pour le calcul thermique (mauvaise prise en compte du climat, perméabilité à l’air trop ambitieuse...)
  • une mauvaise mise en œuvre : absence d’isolant, de la qualité prévue, défaut d’étanchéité à l’air etc.
  • un problème de rendement d’appareil : la production de chaleur ou d’eau chaude sanitaire fonctionne avec un rendement inférieur à celui prévu. Le défaut peut venir de la fabrication ou de la mise en œuvre
  • un climat exceptionnel sur une année donnée
  • un problème de comportement. Les calculs réglementaires sont effectués sur la base de convention y compris concernant le comportement. La température intérieure de consigne considérée est de 19°c comme l’impose la loi.

Si vous chauffer à 23°C et/ou les fenêtres ouvertes, il y a aura nécessairement un écart. Les écarts sont donc probables. La recherche des causes sera de toute façon longue et fastidieuse. Le jeu en vaut-il la chandelle financièrement ? Des assureurs se posent aujourd’hui sérieusement cette question, notamment en envisageant d’intégrer la performance thermique à la garantie décennale.

Les professionnels savent-ils construire en basse consommation ? Savent-ils faire des bâtiments étanche à l’air ?

La couleur est annoncée : Dès 2011, les bâtiments tertiaires devront être au niveau bâtiment basse consommation, à partir de 2012, ce sera les logements. En 2020, les bâtiments seront des bâtiments à énergie Positive. Les professionnels doivent donc se former et s’orienter s’ils souhaitent continuer à exercer avec les nouvelles exigences qui leur seront imposées. L’Espace INFO->ÉNERGIE du Rhône recense des professionnels s’intéressant à cette question et en mesure de présenter des références. À tous les niveaux, les professionnels ont accès à des formations pour acquérir ou perfectionner leur savoir en matière de performance énergétique :

  • Pour des reconversions professionnelles ou du perfectionnement : Asder
  • Pour étendre vos recherches de formation : Le Cler

Des questions plus techniques

Dans un bâtiment basse consommations, fait-il trop chaud l’été ?

C’est un risque possible. Un bâtiment basse consommation utilise des apports passifs. Des vitrages sud, une serre solaire mal dimensionnées peuvent conduire à des surchauffes. De la même manière, la surchauffe peut survenir l’hiver ou à la mi-saison lorsqu’avec de mauvais organes de régulation, le chauffage continue alors que les apports solaires sont importants. Ce risque étant connu, on peut donc l’appréhender facilement et par des méthodes passives avoir un logement frais l’été sans recours à la climatisation.

Est-il possible de mettre un poêle à bois en respectant la parfaite étanchéité à l’air de mon bâtiment Basse consommation ?

Un bâtiment basse consommation est un bâtiment étanche à l’air. Pour des raisons de rendement et de santé (production de CO), il est indispensable que les appareils à combustion possèdent leur propre entrée d’air. Ces entrées d’air peuvent ne pas altérerl’étanchéité à l’air du bâtiment.

Le triple vitrage, La double flux, et le solaire thermique sont-ils obligatoires pour avoir un bâtiment basse consommation ?

Un bâtiment en général fonctionne sur la base des mécanismes compensatoires. On veut s’isoler mais on a besoin de lumière, il faut donc des vitrages. On veut des bâtiments étanches mais pour respirer il faut renouveler l’air, il faut donc un système de ventilation...Pour être performant, un bâtiment devra essayer de pousser l’ensemble des curseurs au maximum. Néanmoins, si on est un peu moins performant sur un poste on peut l’être plus sur un autre. Il n’y a pas de solution unique. Enfin, dans un bâtiment basse consommation l’eau chaude sanitaire peut représenter 50 % des consommations totales. Une solution efficace est donc nécessaire.

Un bâtiment basse consommation est étanche. Une maison étanche est-elle saine ?

L’imperméabilité à l’air consiste à « maîtriser les flux d’air qui circulent à travers des orifices volontaires (bouches de ventilation et entrées d’air) et limiter les flux incontrôlés, qui peuvent être source de pathologies, d’inconfort, et de gaspillage d’énergie. Il ne s’agit en aucun cas de confiner les occupants dans un « sac plastique », mais au contraire de leur procurer de l’air de qualité en quantité suffisante mais sans excès. La ventilation assurera la bonne qualité de l’air intérieur. Mais, on peut tout de même ouvrir les fenêtre dans un logement basse consommation !

Puis-je chauffer mon logement avec un simple poêle ?

Dans un bâtiment basse consommation, les besoins de chauffage sont faibles. Les poêles à bois bûche ou poêles à granulés rayonnent leur chaleur dans un périmètre restreint. Dans un bâtiment très bien isolé et en présence d’une ventilation double flux, ils augmentent généralement considérablement leur champs d’action. Par ailleurs, dans un bâtiment basse consommation un ’effet tunnel sur les coûts’ est recherché. Il s’agit de minimiser l’investissement dans le système de chauffage alors que l’on a optimisé (et donc dépenser un peu plus) dans la conception d’une enveloppe thermique performante. Il n’est donc plus nécessaire de dépenser 10, 20, 30 000 € dans un système de chauffage. Les exemples sont nombreux aussi bien en construction qu’en rénovation.