Imprimer

Autres énergies

Plusieurs points sont à étudier et certaines démarches doivent être effectuées pour mener à bien un projet éolien dans de bonnes conditions.

Etude du potentiel éolien

Si une éolienne peut fonctionner dans de nombreux endroits, il est recommandé de faire une étude de potentiel éolien du site. Pour cela, le mieux est de procéder à l’installation d’un mât de mesure puis effectuer une corrélation des données obtenues avec une station météorologique proche afin d’obtenir un profil des vents annuels à différentes hauteurs.

Il est également possible d’utiliser des cartes de potentiel éolien. Cependant, pour un site précis, leur interprétation est délicate. En effet, les données fournies restent approximatives car mesurées dans des conditions spécifiques. Il est possible de se les procurer auprès de Météo France (service payant).

La mesure sur site se justifie pour des éoliennes de puissance supérieure à 10 kW. Le coût d’une campagne de mesures de 3 mois est d’environ 1 200 €.

Dimensionnement et choix du système éolien

La taille du système, en kW, et les conditions de vente permettent de définir l’énergie susceptible d’être produite sur un site. La qualité du matériel présenté ( fabrication, fiabilité, garanties techniques), les références(nombre d’installations réalisées, expérience du fabriquant) sont des garanties indispensables à votre projet. Il est indispensable de demander à l’installateur de voir une installation avec un matériel similaire avant de se décider. Le SEPEN http://www.sepen-montplaisir.fr/ (Site Expérimental pur le Petit Eolien de Narbonne) effectue notamment des campagnes de mesures sur certains matériels et publie les résultats. Il est ainsi possible d’obtenir des données fiables sur le fonctionnement des machines testées.

Autorisation et procédures

Le permis de construire demandé auprès de la mairie de la commune où sera implanté l’éolienne est obligatoire si la distance entre le sol et l’axe du rotor dépasse 12 mètres de haut. Selon le code de l’urbanisme, si la hauteur du mât est inférieure à 12 mètres de haut, ni la déclaration de travaux, ni la demande de permis de construire ne sont nécessaires. Il est cependant recommander de faire une déclaration de travaux auprès de la mairie avant d’engager tout frais pour vous assurer de la compatibilité de votre projet avec votre PLU (Plan Local de l’Urbanisme) local.

Si la hauteur du mât dépasse 12 mètres, il y a obligation de faire une déclaration de travaux, et il est souvent préférable d’avoir un permis de construire. Dans tous les cas, il est conseiller de se renseigner préalablement auprès de la mairie du site.

Une note de calcul validée par un organisme de contrôle et justifiant la stabilité du support peut s’avérer nécessaire. Les distributeurs et fabricants peuvent la fournir.

Si la hauteur du mât est comprise entre 12 et 50 mètres, le dossier de permis de construire doit comprendre une notice d’impact.

Au delà de 50 mètres de hauteur, il faut une étude d’impact ainsi qu’une enquête publique.

Attention aux nuisances

L’encombrement et l’emplacement d’une éolienne peuvent avoir une incidence forte sur le paysage et gêner le voisinage. Quelque soit la vitesse du vent une éolienne fera du bruit. Le niveau sonore varie selon le modèle d’éolienne te la vitesse du vent. Généralement, une petite éolienne située à une trentaine de mètres est inaudible à l’intérieure d’une habitation. Les professionnels de l’éolien recommandent une surface minimale de 2000 m2 pour des éoliennes jusqu’à 3 kW et de 4000 m2 ou plus pour des éoliennes plus puissantes. Ces critères permettent de réduire sans les éliminer les problèmes de voisinage. Il vaut mieux de toute façon réfléchir à la façon dont vont réagir les voisins à un projet éolien. Rencontrer tous les voisins dans un rayon de 150 m autour du terrain avant d’acheter une éolienne est recommandé.

Raccordement au réseau

La demande de raccordement se fait auprès d’ERDF http://www.erdfdistribution.fr/Prod... S’il est possible de demander le raccordement d’éolienne jusqu’à 36kW, techniquement, les règles sont :

  • raccordement possible jusqu’à 5kW en monophasé
  • raccordement entre 5 et 20 kW en triphasé. Ces puissances limites permettent une installation sans modification ni renforcement du réseau EDF car elles sont tolérées par les transformateurs Basse Tension de 50 kVA couramment installés par EDF.

Le raccordement au réseau public de distribution impose quelques démarches administratives particulières, à savoir :

  • la déclaration ou demande d’autorisation d’exploiter (pièces à fournir détaillées dans l’arrêté du 7/09/2000. (télécharger l’arrêté du 7/09/2000
    PDF - 195.2 ko
    decret07092000.pdf
     (PDF - 195.2 ko)
  • La contractualisation avec ERDF (ou une régie) d’un raccordement et d’un accès au réseau : vous signez alors un Contrat de Raccordement et d’Exploitation (CRAE). Des charges annuelles d’accès au réseau vous seront facturées par ERDF (ou la régie) en échange de la mise à disposition du réseau.
  • L’assurance Responsabilité Civile du système de production
  • Si le site est en ZDE, pour bénéficier de l’obligation d’achat, il faut faire une demande de certificat auprès de la DREAL. Par la suite, la signature avec EDF d’un contrat d’achat permettra de bénéficier de la vente de l’électricité au tarif réglementé et facturer l’électricité produite chaque année.