Imprimer

Autres énergies

L’éolien est-il source de problèmes de santé ?

L’éolien est souvent pointé du doigt comme étant la source de troubles sanitaires notamment dus à l’effet stroboscopique induit par le mouvement des pâles et au champs magnétiques. Des études ont été menées. Il s’avère que :

  • concernant les effets dus à l’ombre portée : Le risque de crises d’épilepsie suite à ce phénomène est parfois invoqué à tort. En effet, une réaction du corps humain ne peut apparaître que si la vitesse de clignotement est supérieure à 2,5 Hertz ce qui correspondrait pour une éolienne à 3 pales à une vitesse de rotation de 50 tours par minute. Les éoliennes actuelles tournent à une vitesse de 9 à 19 tours par minute soit bien en-deçà de ces fréquences. Le phénomène d’ombre stroboscopique peut être perçu par un observateur statique, par exemple à l’intérieur d’une habitation, cet effet devient rapidement non perceptible pour un observateur en mouvement, par exemple à l’intérieur d’un véhicule.
  • concernant les champs électromagnétiques, Dans le cas des parcs éoliens, les champs électromagnétiques sont principalement liés au poste de livraison et aux câbles souterrains. Les câbles à champ radial, communément utilisés dans les parcs éoliens, émettent des champs électromagnétiques, qui sont très faibles voire négligeables dès que l’on s’en éloigne.

Télécharger le guide l’étude d’impact sur l’environnement des parcs éolien 2010 édité par l’ADEME   (guide_eolien_ADEME.pdf)

Les éoliennes sont génératrices de bruit ?

A 100m, il est que de 45 dB, à titre de comparaison le bruit émanant d’une fenêtre sur rue est de 60 dB, le bruit régnant dans un salon est de 40 dB. Une étude de l’Afsset a été menée en 2006. Elle conclue que "Il apparaît que les émissions sonores des éoliennes ne sont pas suffisantes pour générer des conséquences sanitaires directes en ce qui concerne les effets auditifs.." Cette étude conclue également que les infrasons émis par les éoliennes n’ont aucun impact sur la santé.

Un infrason est un son dont la fréquence est inférieure à 20 Hz. Il est donc trop grave pour être perçu par l’oreille humaine (sa fréquence est trop basse

Télécharger l’étude de l’Afsset

PDF - 6.1 Mo
afsset.pdf
 (PDF - 6.1 Mo)

Les éoliennes gâchent le paysage ?

Il s’agit là d’un avis tout à fait subjectif. Cependant, pour alimenter la réflexion et mettre en perspective cette question, il est possible de souligner quelques points :

  • Aujourd’hui, les pollutions et impacts associés à la production électrique sont souvent oubliés car éloignés.
  • On accepte dans nos paysages la présence d’émetteurs pour la téléphonie (5 000 à 10 000), des lignes électriques à haute-tension et de leurs pylônes (plus de 100 000 km), des châteaux d’eau (plusieurs milliers), des autoroutes (plusieurs milliers de kilomètres), de silos à grains qui atteignent souvent plus de 80 m de haut. Les éoliennes ne constituent-elles pas au même titre que ces équipements des ouvrages construits par l’homme.
  • Les éoliennes de dernière génération sont des structures de grande dimension atteignant plus de 100 mètres de haut, elles ne peuvent donc pas être cachées ou dissimulées. L’impact visuel suscite souvent des controverses. Il est souvent ressenti comme une dégradation du cadre de vie.

Un effort tout particulier est apporté à la prise en compte de l’intégration des parcs éoliens dans le paysage. Des paysagistes professionnels attachent une importance toute particulière à une conception soignée, préservant le patrimoine existant et les particularités du paysage d’origine.

L’implantation des éoliennes est aujourd’hui très encadrée ; les règles d’urbanisme et les servitudes techniques sont nombreuses et contraignantes. Le permis de construire délivré par le Préfet inclut l’avis de tous les services de l’état concernés, la conformité avec le Plan d’Occupation des Sols ou le Plan Local d’Urbanisme, l’avis du commissaire-enquêteur, et enfin l’avis de la Commission Départementale des Sites, Perspectives et Paysages. De plus, les attentes des riverains sont largement prises en compte lors de l’enquête publique.